TEXTES

Bibliographie chronologique :


1) (1975). Le Mythe de la “Serrana” ou les avatars de la “mère ogresse.”
in LA PENSEE. N° 183, 75-92.

2) (1979.a). L’Acting-out collectif et la règle d’abstinence dans les groupes de formation.
in BULLETIN DE PSYCHOLOGIE. N° 338 XXXIII, 65-73

3) (1979.b). Les sollicitations institutionnelles du psychanalyste. De la quête d’un statut pour le psychanalyste à celle d’un “objet” pour la psychanalyse dans l’espace institutionnel.
Mémoire de DEA. Psychologie. (63 p.) Aix en Provence.

 

4) (1982). Conditions d’un travail psychanalytique dans les groupes institutionnels (
Fondements théoriques et méthodologiques d’une (socio)-analyse).
Thèse de Doctorat de 3e cycle en psychologie. Université de Provence.

5) (1984.a). Le Contre-transfert, la groupalité et les frontières du moi.
in BULLETIN DE PSYCHOLOGIE. N° spécial Théorie psychanalytique des groupes.
363 XXXVII, 157-167.

6) (1984.b). De la Demande d’intervention “analytique” dans les institutions... au champ et aux conditions de l’intervention (socio)- analytique. in CONNEXIONS N° 44. EPI, 123-139.

7) (1986.a). De l’Influence de la frontière dans les orientations et la pratique de la psychanalyse roussillonnaise. In Publication des Actes du colloque sur l’Histoire de la Psychanalyse dans
les Pays Catalans. Contribution à l’histoire du mouvement psychanalytique (26-27 avril 1986 Perpignan) édité par le G.A.I.R.P.S. 20, rue L. Deslinières Perpignan. Edition bilingue :
Catalan-Français. pp. 47-55.

8) (1986.b). De la Influència de la frontera dins les orientacions i la práctica de la psicoanálisi al rossello. In Publication des Actes du colloque sur História de la psicoanálisi als països catalans. Contribució a la historia del moviment psicoanalític (26-27 avril 1986 Perpignan). Edité par le G.A.I.R.P.S. 20, rue L. Deslinières Perpignan. Edition bilingue Catalan-Français. pp. 49-59.

9) (1986.c). Moi-Peau et liens group(e)aux. in Publications des Actes des Journées d’Etudes de Psychologie Sociale Clinique, organisées par le C.O.R. (Clinique des Objets de Relation). Hôpital Joseph Imbert. Arles/Rhone, 29-30 novembre 1986. “Autour du concept de Moi-Peau et des travaux de D. ANZIEU.” L’oeuvre ouverte. Sous la présidence de D. ANZIEU. pp. 37-40.

10) (1987). Le Familialisme dans l’approche “analytique” de l’institution. L’institution ou le roman familial des analystes. in R. KAËS, J. BLEGER, E. ENRIQUEZ, F. FORNARI, P. FUSTIER, R. ROUSSILLON, J-P. VIDAL. L’INSTITUTION ET LES INSTITUTIONS. Etudes psychanalytiques. Paris. Dunod, pp. 179 - 200.
 

11) (1988.a). Réflexions sur les conditions théoriques d’un travail psychanalytique dans les institutions. in DIALOGUE. N° 99, 83-91.

12) (1988.b). L’Habitat familial et ses rapports avec l’espace psychique. (21 pages).

13) (1989.a). Institution et position thérapeutique négative. Les avatars de la position épistémologique négative. in Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe.
N° 13 Erès, 9-20. 

14) (1989.b). O Familiarismo na Abordagem “Analítica” da Instituição. A Instituição ou o Romance Familiar dos Analistas. in id. A INSTITUIÇÃO E AS INSTITUIÇÕES. Estudos Psicanaliticos.
Impresso no Brazil. São Paulo. Casa do Psicólogo, pp.153-171.

15) (1989.c). Pratiques soignantes dans les institutions. Editorial du N° 13 Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe. Toulouse,  Erès.

 

16) (1989.d). El Familiarismo en el enfoque “analytico” de la institucion. La institucion o la novela familiar de los analistas. in Id. LA INSTITUCION Y LAS INSTITUCIONES. ESTUDIOS PSICOANALITICOS. Buenos Aires, Barcelona, Mexico. Paidos, 213-236.

17) (1989.e). Géographies de l’espace psychique. in Publications des Actes des Journées d’Etudes de Psychologie Sociale Clinique, organisées par le C.O.R. Hôpital Joseph Imbert. Arles/Rhône,
18 &19 février 1989 sur : L’Expérience de l’objet dans la psychose. 51-56.

18) (1990). Lieux communs de l’élaboration plurielle du contre-transfert en situation de groupe., in Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe. N° 15. Toulouse,  Erès, 97-121.

19) (1991.a). De l’Influence de la frontière dans les orientations et la pratique de la psychanalyse roussillonnaise. in Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe. N° 16. Toulouse, Erès, 161-173.

20) (1991.b). Le Refus d’apprendre comme fantôme institutionnel. La position épistémologique négative ou les revenants du refoulé institutionnel. Communication colloque organisé à Rome (2 au 5 décembre 1991) par l’E.N.E.L. (Ente Nazionale per l’Energia Elettrica) sur : Formazione formatori. Édit. dans Malaises dans l’institution scolaire. Problématique de la relation pédagogique. Perpignan, PUP 1997. pp. 95-120.

21) (1991.c). Il Familiarismo nell’approccio “analitico” all’istituzione. L’istituzione o il romanzo familiare degli analisti. in Id. L’Istituzione e le Istituzioni. Roma, Borla, pp.206-229.

22) (1991.d). Le Père qui c’est celui-là ? Une identité conjecturale. in Revue “Mieux Naître” Revue trimestrielle européenne) éditée par l’A.D.E.R.M.N.C.N. 20, rue Becquerel. Perpignan.
N° 1-2. “Quelle naissance demain ?”, 70-72.

23) (1991.e). El Pare qui és quest ? Una identitat sempre conjectural. din Revista “Millor Neixer”. éditada per ADERMNCN. 20, rue Becquerel. Perpignan. N° 1-2. “Quin Naixement Dema ?”, 70-72.

 

24) (1992.a). De Quelques hypothèses sur les causes “rémanentes” de la violence familiale. Les avatars de l’angoisse génétique. in Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe. N° 18. Toulouse, Erès, 127-150.

 

25) (1992.b). Sulla richiesta di intervento “analitico” in istituzione come “presa in carico” delle difficoltà dell’équipe. in Rev. Psychiatria Generale e dell’età evolutiva. Numero monografico su “La presa in carico”. Vol. 30. Fasc. 2. La Garangola. Padova, 351-369.

    

26) (1992.c). Un Désastre produit par les effets de son oubli. dans HORIZON. N°1. 1994. Revue de l’Université de PERPIGNAN. Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. 

27) (1992.d). Le Prix de la demande : ses implications et sa fonction. (non publié) communication présentée lors du colloque organisé par l’A.S.V.E.G.R.A. à Padoue, les 26-28 juillet 92, sur : La dimension groupale dans la pratique psychiatrique.

 

28) (1993.a). De la Problématique de la filiation à l’éthique de la formation. Peut-on être psychanalyste de groupe et se désintéresser de l’histoire groupale de la psychanalyse ? in Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe. N° 21. 1993. Toulouse Erès, 41-66. 

 

29) (1993.b).Un Espace pour les transmissions psychiques. in Publications des Actes des Journées d’Etudes de Psychologie Sociale Clinique, organisées par le C.O.R. Hôpital Joseph Imbert. Arles/Rhone, 3 &4 avril 1993 sur : Objets et sujets du groupe. pp. 59-78.

 

30) (1994). Un Organisateur psychique inconscient du groupe familial. in Naissance et Société 2. Cahiers de l’Université de Perpignan n°19. P.U.P., 87-115.

 

31) (1995). Nulle part on n’est moins en sécurité que dans sa famille. in Publications des Actes du XIème Congrès de la FNAREN, L’enfant et la violence. L’Erre, n° spécial. Perpignan 7-10 juin 1995. pp. 91-98.

 

32) (1997.a). Relation pédagogique et formation des enseignants. dans Malaises dans l’institution scolaire... Perpignan, PUP. pp. 7-32.

 

33) (1997.b). Rapport au savoir et relation pédagogique. dans Malaises dans l’institution scolaire... Perpignan, PUP. pp. 33-48.

 

34) (1997.c). Malaises dans la relation pédagogique. L’agressivité dans le groupe classe. (Le chahut, ses multiples avatars et l’impensé de la pédagogie). dans Malaises dans l’institution scolaire... Perpignan, PUP. pp. 49-94.

    

35) (1997.d) Le refus d’apprendre comme fantôme institutionnel. La position épistémologique négative ou les revenants du refoulé institutionnel, dans Malaises dans l’institution scolaire... Perpignan, PUP, p. 93-110.

36) (1997.e). L’École comme lieu de la métaphore paternelle, dans Malaises dans l’institution scolaire... Perpignan, PUP. pp. 121-152.

37) (1999.a). De l’impensé de la groupalité aux malaises dans la relation pédagogique. dans Actes des XV èmes Entretiens Médico-Psycho-Pédagogiques de Narbonne. 11 mars 1999. Sur : «L’Institution Scolaire : Lieu de transmission et de violences. Crise d’identité ou crise d’autorité? » pp. 13-36.

38) (1988-1999.b). L’Habitat familial et ses rapports avec l’espace psychique. dans Le Divan Familial. N° 3 La Maison familiale. (Rédacteurs S. de Mijolla et P. Cuynet.). Paris, In Press. 

39) (2001.a). Agression disqualifiante dans un groupe de formation continue. L’attaque perverse au quotidien. Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe. Toulouse, ERES, n°35, pp. 165-184.

40) (2001.b) : Penser le groupe : une difficulté à surmonter dans la formation des enseignants, in “Clinique de la formation des enseignants. Pratiques et logiques institutionnelles”. Connexions, n° 75 Toulouse ERES, pp. 29-51.

    

41) (2001.c) : De la méconnaissance du groupe dans la “formation” ( ?) des enseignants. Actes des Journées de l’Association des Amis de Claude Bernard. Paris, 22/23 novembre 2000. “L’Enfant et le groupe à la période de latence”. N° 11, pp.35-44.

42) (2002. a) : L'Embolie psychique ; une conséquence diabolique de la “pensée” perverse. Considérations sur les conséquences emboligènes des effets diaboliques de l'idéologie perverse., in Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe. Toulouse. ÉRÈS, n°38, pp 141-172. 

43) (2002. b) : Qu’est-ce que l’École veut savoir des groupes ? in Enfance & Psy. n° 19, Travailler avec les groupes. (septembre-octobre 2002) Toulouse. ÉRÈS. p. 116-122

44) (2002. c) : Polyphonie, Figuration et “construction solidaire du sens”. Journal des psychologues.  N° 203. Décembre 2002-Janvier 2003, p. 39-42. 

45) (2003) : De l’usage analytique des “effets” de groupe dans l’analyse clinique de pratiques professionnelles (ACPP)., in Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe. n°39. Approche Groupale de la Formation. Toulouse, ÉRÈs, 2003, p. 7-27.

46) (2004. a) : Pensée perverse et cécité mentale. La cécité mentale : un effet obscène de la dé-pense de l’autre. Actes du colloque organisé par l’axe n°4 du V.E.C.T., sur “Les Formes de reconnaissance de l’autre en question”., les 11, 12 et 13 mai 2000. Université de Perpignan. PUP. 

47) (2004. b) : Folie à deux, folie à plusieurs… Une pathogénie des liens intersubjectifs. Le Journal des Psychologues, n° 223, décembre 2004 – janvier 2005, pp. 37-42. 

    

48) (2005.) : L’Équipe, un groupe ? dans Au Fil de la parole, des groupes pour dire. Les Recherches du GRAPE. Toulouse, ÉRÈS, pp. 111-128

49) (2006. a) De quelques avatars de l’invective… ou les formes sournoises de l’attaque perverse, dans les Actes du colloque sur l’Invective. Perpignan,( juin 2004) “Invectives. Quand le corps reprend la parole”. Textes réunis et présentés par D. Girard et J. Pollock. PUP Coll. Études, pp. 41-53.

 

50) (2006. b) De l’inévitable et nécessaire recours à la clinique dans la formation des enseignants, pour réintroduire le sujet., in Connexions n° 85 Clinique, entre théorie et pratique. Toulouse, ÉRÈS, pp. 111-129. 

51) (2006. c) D’un usage du contre-transfert. Des effets du contre-transfert dans les groupes de supervision… à l’objet de l’écoute analytique, in Le Divan familial n° 17 Les Conjugaisons du transfert. Paris, Éditions In Press, pp. 71-86. 

52) (2006. d) Analyse clinique de conduites professionnelles : une méthodologie originale pour un travail en groupe. in Connexions n° 86. Clinique et pédagogie. Toulouse, ÉRÈS

53) (2007. a) Supervisions. Pourquoi en groupe ?, in Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe, n° 48. La Formation aux psychothérapies de groupe et l’intervention en institution. L’Individu et le groupe III. Toulouse, ÉRÈS, pp. 135-148. 

 

54)  (2007.b) : Les Redoublements emboîtés. Le Groupe de supervision comme chambre d’échos, in Le Divan familial, n° 19 Paris Éditions In Press, p. 141-151. 

55) (2007. c) : Groupe interne (selon René Kaës), dans Psicoanalisis & intersubjetividad. Familia, Pareja & instituciones, n° 2. Buenos Aires, Argentina.

56) (2007.d) Fous alliés. Folie à deux, folie à plusieurs : folies simultanées, délires convergents ou folie communiquée ? dans Modernité du groupe dans la clinique psychanalytique.Groupe et psychopathologie. E. Lecourt et alii. Toulouse, ERES, pp. 29-65. 

57) (2007.e) De la perversion narcissique. Pathologie de l’interaction, de l’intersubjectivité. dans Modernité du groupe dans la clinique psychanalytique. Groupe et psychopathologie. E. Lecourt et al. Toulouse, ERES, pp. 69-93. 

58) (2008.a) L’analyse clinique de la Pratique Professionnelle comme «écho-logie» ou les résonances scénarisées du contre-transfert. Actes du Colloque :“Peut-on répondre à la question : À quoi sert l’Analyse de la Pratique professionnelle ?” IRTS, Besançon les 12 et 13 octobre 2007. Les Cahiers du travail social. Hors-série. Avril 2008. 

59) (2008.b) L’analyse clinique de conduite professionnelle, un travail sur l’effet miroir. Les réverbérations scénarisées du contre-transfert. Actes de la Session de l’ANPEC. Le psychologue de l’éducation et l’accompagnement des groupes. Gruissan (Aude), 16-19/09/2008. pp. 7-24. Association Nationale des Psychologues de l’Enseignement Catholique, 277 rue Saint Jacques 7524 PARIS Cedex 05. 

60) (2009.a) : De la déconstruction de la différence des sexes à la neutralisation des sexes… dans Connexions “Masculin-Féminin : au-delà de la confusion des genres”, n° 90 pp. 123-138. 

61) (2009.b) : On est prié de fermer les yeux. Dans Revue Dialogue, n° 182, “Ca ne nous regarde pas…”,  pp 7-22. 

- Vidal. J-P. (2010) : De la Supervision d’équipe, dans la perspective d’une pratique psychanalytique élargie à la nécessité de penser le groupe avec l’hypothèse de l’inconscient et l’exigence de considérer, ici, le sujet essentiellement comme sujet du groupe. GAIRPS, inédit, (réponse à Ophélia Avron, 1), pp. 1-7 

- Vidal. J-P. (2010) : Analyse d’un groupe par un autre groupe. Observation de la dynamique groupale comme attention aux inclusions multiples. GAIRPS, inédit, pp. 1-14. 

- Vidal. J-P. (2010) : Aux marges de la “Baie des Anges” ! Où il est question, dans les marges, du sexe des anges. GAIRPS, inédit, pp. 1-15. 

- Vidal. J-P. (2010) : Donner à voir, demander à regarder, alors qu’à vue d’œil, on ne voit… rien ! pp. 1-14. Conférences Lyon, Paris, inédit. 

- Vidal. J-P. (2010) : Espace épistémologique et “extension de la compétence du cadre”. Espace aux “hiérarchies enchevêtrées” GAIRPS, inédit, (réponse à Ophélia Avron, 2), pp. 1-5. 

- Vidal. J-P. (2010) : Le Théâtre de la rencontre. Athènes, 1er Congrès International : Psychanalyse et Groupe, 11-13 novembre 2010, inédit, pp. 1-8. 

- Vidal. J-P. (2011) : Les figurations scéniques groupales d’un clivage. (À propos du désaveu de l’usage de la torture au cours des opérations du maintien de l’ordre en Algérie durant les années 55-60.) Document inédit GAIRPS, 42 p. Inédit.

- Vidal. J-P. (2012) : Brève histoire d’un point de vue sur un “perdu de vue”. Les pantomimes qui précèdent, accompagnent ou suivent la rencontre clinique. Colloque GAIRPS (40 ans). Perpignan, IUFM, les 24 et 25 novembre 2012. Inédit.

- Vidal. J-P. (2012) : Pour introduire la problématique d’une histoire, d’un itinéraire et d’une aventure. Colloque GAIRPS (40 ans) Perpignan, IUFM, les 24 et 25 novembre 2012. Inédit.  

- Vidal. J-P. (2013) : Anamorphoses institutionnelles : figurations, mises en scène, inclusions multiples et redoublements emboîtés. Congrès SFPPG, Groupe et Psychanalyse (50 ans de la SFPPG) Paris, CNAM, 14-17 mars 2013. Inédit. 

-  Vidal. J-P. (2014) : “Souviens-toi de la géométrie… !” 

    CINÉPSY, Les liens fraternels…, Gaillac 26-28 septembre 2014. Inédit. 

 

62) Vidal. J-P. (2014.a) : «“Garder les yeux ouverts !” Point de vue heuristique concernant ce qui se donne à voir ou demande à être regardé», RPPG, n° 62, Quels fondements au travail psychanalytique groupal ? érès, p. 127-143. 

63) Vidal. J-P. (2014. b) : Observer ce qui est «hors du spectacle» ! Problématique épistémologique paradoxale de l’observation psychanalytique. RPPG, n° 63, édit. Erès, p. 7-27. 

 

64) Vidal. J-P. (2014. c) L’espace, le temps, la réalité, la causalité… tout serait-il à repenser ? 

Connexions n° 102, édit.  Erès, p. 121-142.   

 

65) Vidal. J-P. (2014. d) : De quels bouleversements les diverses manifestations du Malêtre et de la souffrance des équipes professionnelles sont-elles le signe ? Quels bouleversements épistémologiques (dans le corpus théorique de la psychanalyse) peuvent-ils nous permettre de les appréhender et de les comprendre ?  APSYLIEN, Lyon les 21-22 /11/2014. 

 

66) Vidal. J-P. (2016), Ces scènes qui se passent de mots, in D. Drieu, J-P Pinel et alii, Violence et Institutions, Dunod. 

- Vidal. J-P. (2016), Se situer et s’inscrire dans une nouvelle épistémé. 81 p. inédit. 

 

67) Vidal. J-P.  (2016), Contretemps ou l’intemporalité de l’Inconscient. Connexions, n° 106, édit. Érès. p. 113-134. 

68) Vidal. J-P. (2017), Le Groupe et «l’étrangèreté» inassimilable de l’Inconscient freudien ! «Une révolution képlérienne inaccomplie» ! RPPG, n°69, p. 19-35. 

 

69) Vidal. J-P. (2018),  Freud et «l’esprit de son époque» ! Connexions, n° 109, édit érès, p. 43-53. 

- Vidal. J-P. (2018). De “la transmission de la vie psychique entre générations”, à l’inconscient freudien. Ou de quelle nature est l’existence de la réalité ? 41 p. inédit. 

70) Vidal. J-P. (2019), Supervisions en groupe et/ou Analyse de pratiques professionnelle(s) ? L’enjeu décisif de la groupalité. Dialogue, n° 223/2, érès, p. 77-94. 

71) Vidal. J-P. (2020), Accompagnement psychanalytique des équipes institutionnelles, l’enjeu épistémologique décisif de  la groupalité, in Le travail psychanalytique en institution. Manuel de clinique institutionnelle. Pinel. J-P. Gaillard. G. et alii. Dunod. 

- Vidal. J-P. (2020) Ya-t-il encore un Freud méconnu ? 95 p. inédit.